Accueil » **** 5 enseignements de la crise du Coronavirus Covid-19

**** 5 enseignements de la crise du Coronavirus Covid-19

Quelques semaines ont suffi pour que le Covid-19 provoque l’effondrement de l’économie mondiale, poussant les gouvernements à prendre des mesures extraordinaires de soutien aux entreprises en difficulté. S’il serait prématuré de dresser dès à présent un bilan complet de la crise, des premiers enseignements peuvent néanmoins être tirés. Cette crise révèle les fragilités de notre monde, soumis à des risques globaux et croissants, qu’il s’agisse de pandémies ou d’événements liés à la destruction des écosystèmes et au dérèglement climatique. Elle met également en évidence les fragilités économiques, sociales, et politiques, d’un monde basé sur une production intensive, un consumérisme et une mobilité excessifs. Une chose est certaine : comprendre ces fragilités est essentiel pour faire de l’après-crise un vrai moment de bascule vers un monde plus durable, juste et résilient.

 

… Ceci est un article de La Fondation Nicolas Hulot pour l’Homme et la Nature publié le 29 Avril 2020 sur le site de la FNH

 

Extraits :

 

1. Les atteintes que nous portons à l’environnement accentuent la propagation d’épidémies

[…]

En conclusion

Ce virus nous pousse à sortir de notre posture de « maître et possesseur de la nature », pour nous voir comme une partie intégrante de la nature. Nous dépendons d’elle. Préserver la biodiversité, c’est prendre soin de nous. Ce changement de paradigme doit être totalement intégré dans la conscience collective pour être en mesure de construire un plan de résilience et de transformation efficace sur le long terme.

2. La crise sanitaire est un appel à anticiper les crises à venir, notamment la crise climatique

[…]

En conclusion

La crise sanitaire actuelle, marquée par un défaut d’anticipation majeure, appelle à une prise en compte du long terme et à une anticipation des risques et défis de notre temps : épidémies, mais aussi crises violentes liées aux impacts du changement climatique et à la destruction des écosystèmes. Il s’agit de rendre notre société et notre économie plus robustes face à d’éventuels nouveaux chocs, qu’ils soient sanitaires, climatiques, économiques ou sociaux. La transition vers une économie bas-carbone et économe en énergie et ressources naturelles doit donc être accélérée.

3. Les limites de la globalisation se confirment et les économies locales s’adaptent

[…]

En conclusion

Il est grand temps de fixer les priorités économiques et de changer les règles du jeu de la mondialisation. Les Français ne veulent pas que l’après-coronavirus ressemble à l’avant : santé, relocalisation des industries, en particulier médicales, et autonomie agricole font partie des priorités. Prendre en compte les vulnérabilités révélées par la crise imposera donc de :

• Abandonner le libre-échange et la globalisation marchande sans pour autant fermer les frontières.

• Renforcer les échanges internationaux en matière de recherche, santé publique, et écologie, pour mieux limiter voire abandonner les échanges qui ne visent que la rentabilité à court terme.

• Réhabiliter la stratégie industrielle nationale et européenne, à la lumière des défis de ce siècle : anticipation des risques, décarbonation de l’économie, responsabilité sociale.

4. Les inégalités sociales se creusent et annoncent une crise sociale majeure

[…]

En conclusion

Les impacts économiques de la crise nécessitent de renforcer la solidarité nationale, vis-à-vis des plus vulnérables, y compris entre générations, de sécuriser les parcours de chacun et de valoriser les fonctions utiles. Les risques de régression, de repli ou de conflit social, sont probables tant qu’il n’y aura pas l’affirmation et la mise en oeuvre d’un changement de cap, à travers un projet politique clair, équitable et prenant la mesure des défis environnementaux, pour redonner des perspectives de vie réussies pour chacun. Ce sont là les éléments clés d’un contrat social renouvelé.

5. Les institutions françaises, européennes et internationales ont la capacité d’agir, lorsqu’elles en ont la volonté

[…]

En conclusion

L’après-crise devra ouvrir la voie à une évolution de la gouvernance, du local au global basée sur des principes clés : régulation et participation, investissements dans la transition écologique et solidaire, coopération et solidarité internationale. Le rôle de l’Europe pour mettre en oeuvre un système démocratique, social et écologique sera un élément clé de la stabilité du monde.

Les États ne peuvent plus se contenter de gérer les dysfonctionnements mondiaux, mais doivent assumer leur rôle pour orienter les économies sur le long terme et protéger les populations et l’environnement. Le rôle des agences telles que les Organisations mondiales de la santé, du travail le GIEC, ou l’IPBES (experts biodiversité) devra être renforcés dans leur légitimité et moyens d’action.

 

  … Lire l’article complet, ici!

 

 

Vignette de l’article : Lire sur l’image

 

Pertinence et intérêt de l’article selon [[[[ designer.s ]]]] :

***** Exceptionnel, pépite
**** Très intéressant et/ou focus
*** Intéressant
** Faible, approximatif
* Mauvais, très critiquable
(i) . Informatif