Accueil » **** Un guide pour devenir (product) designer

**** Un guide pour devenir (product) designer

Le design est aujourd’hui, pour l’immense majorité des acteurs des produits et services numériques (logiciels, applications web et mobiles, SaaS), un vecteur de différenciation sur le marché et d’orientation de la valeur vers les usagers. Pourtant, le design de produits numériques ne consiste pas (seulement) à agencer des fonctionnalités, à rendre les interfaces plus faciles d’usage ou à imaginer des expériences remarquables.

Pour qu’émergent des produits, les interfaces doivent se différencier, non seulement par leur valeur d’usage mais aussi par leur identité singulière. Maîtrise des coûts, performance, évolutivité, sécurité et bien sûr qualité sont les ambitions les plus courantes assignées aux produits numériques. Dans notre culture européenne, le design, « consiste [aussi] à mettre du désir, de l’émotion, de l’utilité et du sens en toute chose » (Jean-Louis Frechin).

Après le design d’expérience utilisateur, le design d’interfaces graphiques ou encore le design de services, le design de produits numériques est-il une nouvelle spécialité ?

Les compétences

Le product design n’est pas la simple transposition des compétences du design d’expérience utilisateur dans une organisation produit. Il n’est pas non plus la somme de tout ce que font les autres spécialités. C’est une approche plus holistique, qui s’appuie moins sur les méthodes standardisées issues du marché américain que sur une capacité à appréhender une démarche de création complète.

Compétences dures

Le socle de savoir-faire du product designer est avant tout… celui propre à tout designer. Le spectre de compétences nécessaires est étendu car le product designer est un généraliste qui dépasse le clivage artificiel forme/fonction.

D’après le référentiel des métiers du design coordonné en 2013 par la Direction générale des entreprises (DGE) et auquel ont participé 8 structures de promotion du design (AFD, APCI, Cité du design, *designers interactifs*…), « les designers s’appuient sur un socle de capacités techniques, créatives et humaines qu’ils mettent au service de leurs clients ». Ce socle articulé en 3 volets comprend aussi bien l’analyse du besoin, la veille, les techniques du dessin, la scénarisation des usages, la conception de solutions et la formalisation.

  • Conjuguer la réflexion sur les usages, la formalisation des parcours utilisateurs, la mécanique de l’interface, et la définition de l’identité graphique des services, sur plusieurs plateformes (web, mobile, clients lourds)
  • Intervenir aussi bien sur des corrections, améliorations, évolutions que des créations from scratch (vision à la fois haut-niveau et bas-niveau)
  • Disposer d’une bonne connaissance du développement pour la synchronisation avec les développeurs et la recette (suivi qualité)
  • Maîtriser les techniques de prototypage avancées, notamment la création d’animations et de micro-interactions
  • Produire des interfaces avec le niveau de définition adapté (low-fi vs. pixel-perfect), en fonction des étapes de développement du produit
  • Accompagner les parties prenantes du projet en menant des activités de facilitation (gestion de la dynamique de groupe, ateliers, design sprint…)
  • Présenter les solutions envisagées lors de design reviews
  • Travailler de manière itérative, en cycles courts, tout en maintenant la cohérence d’ensemble
  • Développer une bonne connaissance des environnements et du développement pour effectuer la recette (suivi qualité)
  • Formaliser les guidelines nécessaires pour documenter le design des produits
    Apporter une contribution à la stratégie / vision produit

… Lire l’article complet de Benoît Drouillat publié le 24 Mai 2020 pour Designers Interactifs sur Médium

[Suite – Extrait]

Compétences douces

Les compétences douces sont à la mode. Le product designer n’est pas l’accumulation de « soft skills » qui pourraient être attribuées aussi bien à un product owner ou un product manager –« empathique », « collaboratif », « bon communiquant », « agile », « curieux » –. Les savoir-être sont plus des comportements qui s’acquièrent et peuvent être développés, distincts des traits de personnalité.

  • Mobiliser sa créativité, c’est-à-dire être capable d’imaginer des propositions originales à des problèmes complexes
  • Manifester un esprit critique et constructif (tout en avançant des contre-propositions argumentées)
  • Capacité à gérer son propre apprentissage, de façon proactive
    Porter un esprit d’équipe et coopératif
  • Faire preuve de rigueur dans la formalisation des livrables
    Compétences les plus recherchées actuellement

Dans la dernière enquête de *designers interactifs* consacrée à l’emploi des métiers du design numérique, les design managers ont distingué plusieurs compétences-clés faisant défaut actuellement dans leur équipe :

  • Les sciences humaines et sociales qui permettent de nourrir une recherche utilisateur de qualité ;
  • La connaissance des entreprises, qui est relevée comme un manque dans la formation des designers ;
  • La gestion de projet, car les activités de design doivent être coordonnées et pilotées tout au long du cycle de vie du produit.

En analysant les offres d’emploi, on voit aussi clairement ressortir :

  • Mesurer et interpréter le comportement des utilisateurs via des outils d’analyse quantitatifs (ContentSquare, hotjar, google analytics…) ;
  • Maîtriser de façon “conceptuelle et pratique” les design systems (extension “industrielle” de la compétence UI) ;
  • Assurer les phases de recettage et de suivi du développement front-office (ou mobile) des interfaces ;
  • Capacité rédactionnelle pour les messages, libellés et micro-contenus présentés dans les interfaces des produits (“UX Writing”)

[…].

Lire la suite sur Médium

Vignette de l’article : Le Laptop, dans le 19e arrondissement de Paris | Crédit photo DR

Pertinence et intérêt de l’article selon [[[[ designer.s ]]]] :

***** Exceptionnel, pépite
**** Très intéressant et/ou focus
*** Intéressant
** Faible, approximatif
* Mauvais, très critiquable
(i) . Informatif