Accueil » *** Covid-19 : un masque réutilisable 100 fois made in France

*** Covid-19 : un masque réutilisable 100 fois made in France

Un collectif grenoblois a conçu en trois semaines par impression 3D un masque réutilisable 100 fois. Une alternative durable aux jetables.

C’est un masque entièrement fabriqué en France et réutilisable 100 fois. Réalisé en un temps record par un collectif* d’ingénieurs, de chercheurs et de chefs d’entreprise de la région grenobloise, il est né de l’impression 3D. Il ne s’agit ni d’un FF (Face Filter) P1, le masque dit chirurgical, ni un FFP2, celui dit en canard — deux dispositifs uniquement constitués d’une matière filtrante — mais d’un FMP1 (Face Mask) qui recouvre le nez, la bouche et le menton, grâce à une pièce faciale souple épousant la forme du visage.

… Ceci est un article de Sylvie Riou-Milliot publié le 29 avril 2020 pour SCIENCES ET AVENIR

“Tout est parti d’une demande d’internes en médecine du CHU de Grenoble”, détaille Pierre-Emmanuel Frot, ingénieur et membre du collectif, tous évidemment inquiets face la pénurie et aux difficultés d’approvisionnement de masques auxquelles les soignants font face depuis déjà plusieurs semaines. En un temps record, soit en pratique trois semaines, toutes les étapes de conception et d’industrialisation ont été franchies avec succès.

Résultat, Ocov est un masque réutilisable grâce à l’usage de cinq filtres lavables et interchangeables, chacun d’entre eux pouvant être utilisé une vingtaine de fois. Ce FMP1 est constitué de deux parties, toutes deux composées d’un plastique hypoallergénique. D’une part, une jupe externe, rigide et reliée aux sangles pour la tenue mécanique, de l’autre une jupe interne, souple et dotée d’une grille dans laquelle se glisse un filtre, lui constitué de différents textiles lavables, et recouvert d’un capuchon.

Un taux de fuite d’air expiré inférieur à 2 %

“Lors des tests de filtration, ce FMP1 a démontré un taux de fuite d’air expiré inférieur à 2%, moindre que celui des FFP 1 ou 2, qui doit être inférieur à 8%”, détaille Pierre Emmanuel Frot. Selon le collectif, Ocov assure une bonne étanchéité entre l’atmosphère ambiante et le visage, et son port serait confortable (il ne tombe pas de l’arête du nez comme le FFP1).

Mais son principal atout qui le positionne comme une alternative durable est d’être surtout réutilisable, jusqu’à 100 fois grâce aux cinq filtres livrés avec le masque, tous lavables et interchangeables. À noter que pour cette étape du lavage et de la désinfection de ces filtres, “le processus thermique le plus adapté semble être le recours au sèche-linge ou au bain marie”, explique l’ingénieur. Au final, son coût de revient est donc très compétitif, soit 28 centimes pour un usage, le masque devant être vendu au prix de 28 euros.

Une production hebdomadaire de 1 million courant mai et de 5 millions d’ici à fin juin

C’est une PME lyonnaise, Ouvry, qui a été choisie pour assurer l’industrialisation et la mise sur le marché du masque. “Une pré-série de 5.000 unités de ce FMP1 est en cours de fabrication, détaille l’ingénieur. L’objectif est de produire un million de masques par semaine courant mai et de dépasser les 5 millions d’ici à fin juin, ce qui correspond à 500 millions de masques jetables actuels.” Autre avantage de ce dispositif : une réduction évidemment drastique des déchets et de leur élimination.

130 000 masques sont déjà aujourd’hui réservés et l’entreprise Michelin offrira une partie des masques commandés aux Agences régionales de santé (ARS). Public visé : collectivités locales, agents techniques, soignants, grand public…. Une commercialisation est prévue dans les prochaines semaines, les derniers tests de qualification étant en cours.

Si son design peut certes évoquer le “masque à gaz” des pilotes de chasse, ses concepteurs ont prévu de le décliner sous différents coloris, voire de le personnaliser.

* Commissariat à l’énergie atomique, Michelin, A. Raymond, Schneider, Ouvry, APA, Sofileta, mairie de Grenoble, région Auvergne Rhône-Alpes, Agence régionale de santé, CHU Grenoble Alpes, préfecture de l’Isère, ordre des médecins, Société française de médecine de catastrophe.


Crédit : Ocov

Vignette de l’article : le masque FM (Face Mask) P1 comprend une pièce faciale souple qui recouvre le nez, la bouche et le menton, ainsi que des filtres remplaçables et réutilisables

Pertinence et intérêt de l’article selon [[[[ designer.s ]]]] :

***** Exceptionnel, pépite
**** Très intéressant et/ou focus
*** Intéressant
** Faible, approximatif
* Mauvais, très critiquable
(i) . Informatif